Avec le soutien de la Région Wallonne
Nouveau sur le site
News
GREVE du 20/09 : REMBOURSEMENT disponible
Attestations TEC et Remboursements
ATTENTION : Grève intersectorielle ce mercredi 20/9
Aux habitants de Tubize, Rebecq, Soignies et environs :
Newsletter

Inscription à la newsletter

Inscription
désinscription
Plus d'informations
Téléchargement

Les documents présents sur ce site nécessitent Adobe Acrobat Reader. Téléchargement :

Adobe Acrobat Reader

Communiqués de presse

Retour vers les titres des communiqués de presse

COMMUNIQUE DE PRESSE du 7 octobre 2003

Que deviennent les liaisons ferroviaires entre la Wallonie et les pays limitrophes ?

Qu'il s'agisse des relations régionales transfrontalières ou des relations « longues distances », la SNCB les gère sans égard pour les besoins et les aspirations de sa clientèle. Pour la SNCB, il n' y en a plus que pour les liaisons à grande vitesse vers lesquelles elle essaye de détourner le plus de monde possible. La recette est simple : elle supprime tout ce qui pourrait les concurrencer. On a ainsi vu disparaître les relations Namur-Givet, Charleroi-Maubeuge, Mons-Aulnoye, Mons-Valenciennes, Namur-Maubeuge-Saint-Quentin-Paris, Liège-Köln ainsi que les trains de nuit vers la Suisse et l'Italie, via Namur et Arlon. La liaison Liège-Aachen restera, malgré les promesses, bi-horaire au 14 décembre. La SNCB s'oppose systématiquement à la demande des CFL de desservir Virton. L'infrastructure Namur-Arlon (Luxembourg) est dans un tel état que les temps de parcours actuels sont supérieurs à ceux de 1975 ! Et pourtant, l'UE vient de lui reconnaître le statut d'itinéraire prioritaire. Maintenant, le Thalys « wallon » et la liaison Tournai-Lille sont menacés. S'agit-il d'une stratégie délibérée de la SNCB d'isoler la Wallonie sur le plan international ? Nous estimons que si le Thalys wallon manque d'attractivité, cela est en grande partie dû à son prix élevé, à sa contrainte de réservation et à sa vitesse commerciale insuffisante (sur le parcours wallon, le Thalys roule à la même vitesse que les trains IC, laquelle sur certain tronçon est limitée à 100km/heure). Il faut encore remarquer que les voyageurs qui, au retour, souhaiteraient poursuivre jusqu'à Verviers subiraient à Liège une attente de près d'une heure, ce qui les détourne vers un autre service (via Bruxelles et ICA). Nous suggérons à la SNCB: - d'augmenter le nombre de places ; - d'améliorer l'infrastructure pour permettre de rouler à une vitesse décente sur la dorsale wallonne ; - de continuer jusqu' à Verviers, en rebroussant à Liège. Le potentiel démographique et économique de Verviers justifierait une liaison avec Paris sans rupture de charge. Nous demandons que la SNCB fasse preuve d'imagination, plutôt que recourir aux solutions de facilité.

Chaîne Youtube de l'ACTP
Abonnez vous à la chaine Youtube de l'Association des Clients des Transports Publics
Contact
La photo de la semaine

La vidéo du mois


Validation TEC : Problème des heures de pointe
Enquêtes en cours

Résultats des enquêtes

© Maggic solutions - Graphisme ultrapetita signature